Lang Lang

Le duo glamour, Alagna et Lang Lang

Bras dessus, bras dessous, ils ont accueilli à égalité les acclamations du public. Entre Lang Lang (29 ans) et Alagna (47 ans), la différence d’âge ne paraît guère tant notre ténor national, depuis qu’il s’est fait opérer d’un sinus, est au summum de sa forme. De même taille, le ténor étant plus trapu que le pianiste, ils avaient tous deux une allure juvénile avec un égal appétit à séduire le public. Ce n’était ni un récital Alagna, ni un récital Lang Lang, mais un show, une performance où l’un faisait briller l’autre. A l’origine, une carte blanche donnée à Lang Lang pour séduire les Français, moins réceptifs au planétaire musicien chinois que d’autres pays.
 
Il avait choisi la voix française la plus célèbre pour l’accompagner. Lang Lang redonne du prestige aux accompagnateurs si souvent voués au rôle de faire valoir. C’est sans doute la principale leçon de ce concert étonnant où la musique française était à l’honneur. Certes, Lang Lang a joué plusieurs études de Chopin mais le compositeur n’était-il pas autant français que polonais? Alagna avait choisi des airs d’Ambroise Thomas, de Reyer, de Meyerbeer, de Grétry, de Bruneau et de Gounod. Ces mélodies sont peu connues du public français et encore moins des Chinois. Mais en Chine, avec cinquante millions de jeunes apprenant la musique et le piano, sans doute, y-a-t-il plus d‘amateurs de L’Africaine de Meyerbeer qu’à Paris!
 
Roberto Alagna en fin de récital a alerté son public. Il s’est dit malade, victime d’une allergie au pollen de platanes. Il s’est enfui de la scène pour aller boire un thé. Pendant ce bref instant Lang Lang s’est déchainé au piano. Alagna- Lang Lang, voici une communion France-Chine dont aucun diplomate n’aurait rêvé. La suite de la bourrasque Lang Lang qui a assailli Paris, avec une musicalité, une virtuosité et un son incomparables, c’est, en dehors d’un passionnant concert de musique de chambre ce jeudi, le show qu’il manigance avec le pianiste et compositeur de jazz Herbie Hancock, le 2 avril, toujours à Pleyel. Il jouera le concerto pour deux pianos de Ralph Vaughan Williams.